Le village

Historique de Varennes

C'est en 992 que le nom de Varennes est écrit pour la première fois dans une charte. Un personnage nommé Humbert y déclare vouloir racheter ses crimes atroces et ceux de ses prédécesseurs pour lui et son épouse Giberge. Il cède à l'abbaye de Saint Michel de Tonnerre, entre autres biens qu'il possède, un demi-arpent de vigne et un arpent entier de terre pour bâtir à Varennes. En 1239, on sait que dame Marguerite, reine de Sicile, achète à Beatrix, terres, hommes, femmes, tailles,...situés à Breuil et à Varennes, où était bâtie une ferme fortifiée.

En 1527, Varennes, jusque-là simple hameau de Ligny-le-Châtel, acquiert une existence religieuse et civile par l'érection de l'église Saint Jean-Baptiste et par l'institution de syndics, chargés des intérêts communs. La population est à cette époque de près de 500 âmes. Peu à peu, l'indépendance de fait se constate de plus en plus. Il faudra attendre la révolution et 1792 pour que l'affranchissement civil soit légal et 1802 dans l'ordre ecclésiastique.

1846 sera l'année de la grande catastrophe puisque la moitié du village disparaît dans un incendie.

Le nom de Varennes a subi de nombreuses modifications. Ainsi, il était Varenna en 992, Varenne en 1235, Varainnes en 1288 et Varannes en 1332. Voici rapidement brossés 1000 ans d'une histoire simple de "Varenna in Comitatu Tornodori", c'est-à-dire Varennes dans le comté de Tonnerre.